De même que Jodhpur est la ville bleue, Jaisalmer la cité d’or (Esteban avait donc tort de la chercher en Amérique!), Jaipur est la ville rose. Il suffit d’approcher les portes de la ville pour le comprendre. Les marchés présentent une certaine uniformité, tous les noms de boutiques au même endroit, même écriture, même couleur…

C’est de cette même couleur qu’est fait l’Hawa Mahal, le « palais des vents ». La légende veut que derrière chaque ouverture était une maîtresse du maharadja pour le regarder parader dans la rue…

Jaipur est l’hôte d’un des observatoires du XVIIIème siècle le plus fameux: le jantar mantar: une série de constructions qui permet de calculer nombre de données astronomiques.

D’aucuns disent que certaines structures ont permis de lancer des avions en papier à des distances méritant d’être dans le Guiness book, mais c’est peut-être une autre légende…

Catégories : Inde

4 commentaires

Anne Capel-Dunn · 28 octobre 2017 à 20 h 43 min

Les portes de la ville sont en échafaudage ! Un bel aperçu à travers ton regard d’une ville que je ne connais que de nom…

Et comme je ne connais pas grand chose sur le sujet….

« Après avoir ainsi persuadé Albert de se rendre à Jaipur, le maharajah déploya tous les moyens pour embellir sa ville ; c’est ainsi que tous les bâtiments du centre ville furent peints en rose, couleur symbolique, car elle représente l’hospitalité. La couleur, obtenue à partir d’un oxyde de calcium, s’est avérée particulièrement résistante dans les conditions arides de la ville de Jaipur
Pourquoi la ville de Jaipur est restée rose
Les visiteurs peuvent se demander comment et pourquoi la ville de Jaipur est restée rose après la visite du Prince Albert il y a 130 ans. La réponse est très simple : la femme préférée du maharajah Sawai Ram Singh adorait la couleur et persuada son mari d’adopter une loi qui instaurait l’obligation des propriétaires de peindre leur maison en rose Jaipur. Cette loi, adoptée en 1877, est toujours en vigueur et aide à améliorer l’image d’une ville par ailleurs étouffée par la pollution, bien que même le rose des bâtiments s’est assombri au fur des années »

Bonne continuation, Paul.

    max_power · 28 octobre 2017 à 20 h 56 min

    Merci pour ce petit complément historique Anne! 🙂

Justin R. · 2 novembre 2017 à 19 h 30 min

Salut Paul, tu nous présentes ici de beaux clichés (comme toujours) avec une histoire impressionnante. J’en apprends constamment et je t’en remercie ! Alors cet Octopussy, c’était bien de le voir sur le sol de l’intrigue (peut être que je vais le lire après ^^) ? Bise à toi et bon voyage !

    max_power · 3 novembre 2017 à 12 h 52 min

    Merci Justin! Ca m’a fait bien plaisir de revoir Octopussy! ça fait sans doute moins plaisir aux employés qui l’entende tous les soirs 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *